Libération (avril 2004)

Vient de paraître…

Le monologue d’un pensionnaire de La Demeure, institution pour adolescents plus ou moins demeurés. De portrait en prouesse, dans une langue soucieuse à la fois d’innocence et d’élévation, la vie de ces garçons « à qui on apprenait la maîtrise des sentiments pour ne pas avoir à trop souffrir du monde ».